Exploraꢁon par le CLPA :  
Groꢀe du Serre des Périers  
C’est sur une peꢁte ouverture soufflante, située sur  
une vire au dessus d’une falaise d’une dizaine de  
mètres, qu’une peꢁte séance de désobstrucꢁon est  
entreprise et qui donne rapidement le résultat  
aꢀendu. Après une reptaꢁon de quelques mètres,  
les spéléos débouchent dans une première salle de  
taille conséquente, déjà bien concréꢁonnée et où  
des vesꢁges de la présence humaine en ces lieux  
ont été trouvés (cf. arꢁcle de Daniel Caumont et  
Jean-Yves Bigot). Ceꢀe salle donne accès à un pre-  
mier puit de 8m suivi d’un second de 25m, débou-  
chant en sommet d’une seconde salle, située sous  
la première et d’une taille appréciable.  
Contexte hydrogéologique :  
Ceꢀe cavité s’ouvre dans le calcaire jurassique  
consꢁtuant la bordure méridionale de la région des  
grands causses, dans le flanc du massif de la Sé-  
ranne, dans la vallée de la Buèges.  
Le drainage des eaux de pluie tombées sur le pla-  
teau du Larzac est essenꢁellement souterrain vient  
alimenter en parꢁe les exsurgences de la Clamouse  
et la source de la Buèges.  
Plusieurs regards (L’évent de la Coudoulière et le  
système Fourmi-perdreau) ont permis de tracer le  
parcours souterrain, encore parꢁellement connu,  
de la Buèges. La découverte d’une grande salle  
exondée, lors des dernières exploraꢁons menées  
par l’équipe de plongeurs à l’évent de la Coudou-  
lière, a relancé avec encore plus de moꢁvaꢁon, la  
recherche de cavité y permeꢀant son accès directe.  
Les spéléos « aꢀerrissent », après leur descente  
plein vide, sur un magnifique dôme calcifiée proté-  
gé par un balisage et menant le long de ceꢀe  
grande salle à la suite de ceꢀe cavité.  
Un troisième puit de 15m, fracꢁonné, avec  
quelques passages « calibrés » par Pascal.M, dé-  
bouche dans une galerie de belle.  
C’est lors d’une sorꢁe prospecꢁon organisée sous la  
houleꢀe et le savoir de Daniel Caumont, qu’est dé-  
couvert, le 28 Janvier 2018, l’entrée de la groꢀe du  
Serre des Périers. Le découvreur est Daniel Cau-  
mont, président fondateur et d’honneur du CLPA.  
Ceꢀe cavité promeꢀeuse est idéalement bien pla-  
cée, aux vues du contexte géologique, pour établir  
une liaison physique avec le réseau noyé de la  
Buèges vers la grande salle des « Marseillais » dé-  
couverte par les spéléonautes.  
Photo : P.MOUNEYRAT  
Entrée du Serre des Périers  
Photo : P.MOUNEYRAT  
Salle d’entrée  
Dans la salle d’entrée  
Photo : P.MOUNEYRAT  
Dans la salle d’entrée  
Photo : P.MOUNEYRAT  
Dans la salle d’entrée  
Photo : P.MOUNEYRAT  
Arrivée « salle du dôme »  
Départ « Puit salle d’entrée »  
Photo : P.MOUNEYRAT  
Photo : P.MOUNEYRAT  
«
salle du dôme »  
Photo : P.MOUNEYRAT  
Escalade de la « salle du dôme » le 25/03/2018 :  
Lors d’une séance, de recherche de suites possibles, organisée par Daniel.C, Pascal programma d’explo-  
rer un beau départ en plafond, visible dans la salle du Dôme.  
À ceꢀe occasion, un jeune du club,  
Gabriel Magne accompagna Pascal  
dans ceꢀe escalade, en parꢁe enga-  
gée, alors que je les filmais et les  
photographiais.  
Parꢁs depuis un départ aꢀeint en  
pendulant dans le deuxième puit,  
avant le plein vide en sommet de  
salle, il équipa, à l’aide d’une perfora-  
trice, un passage en vire.  
Photo : S.MOUNEYRAT  
Escalade dans la salle du Dôme  
Ils suivirent en plafond un des côtés  
de la salle du Dôme, pour abouꢁr à  
«
l’arrivée » repérée.  
Hélas, bien qu’une belle coulée en  
draperie aꢀeste d’un écoulement  
anciennement abondant et donc  
d’un possible amont, aucun passage  
pénétrable, ni suite visible fut repé-  
rés.  
Tout y est colmaté par la calcite.  
Photo : S.MOUNEYRAT  
Escalade dans la salle du Dôme  
Photo : S.MOUNEYRAT  
Photo : P.MOUNEYRAT  
La grande galerie  
Photo : P.MOUNEYRAT  
Photo : P.MOUNEYRAT  
La grande galerie  
Photo : P.MOUNEYRAT  
part très intéressant, pénétrable sur quelques  
mètres et animait d’un léger courant d’air…  
Le Collecꢁf du « Serre des Périers »:  
Déçus par la nouvelle direcꢁon, les décisions prises  
et la mentalité actuelle régnante au sein du CLPA , De plus, en bonne disciple de Daniel Caumont, mu-  
nous avons décidé de prendre notre indépendance nie de ma boussole, je mesurais l’orientaꢁon de  
en créant l’ARIS.  
ceꢀe diaclase qui partait favorablement dans la di-  
recꢁon souhaitée par les recherches de ce dernier!  
Ne souhaitant pas pour autant renoncer à nos re-  
cherches spéléologiques dans des cavités explorées Je « gueulais » de nouveau qu’il y avait donc là une  
et souvent « ouvertes » à nos frais personnels, il  
devenait logique de créer et d’officialiser ce  
suite intéressante. Agacé, l’ami Pascal vint enfin me  
voir et resta stoïque devant ma découverte!  
«
Collecꢁf du Serre des Périers» regroupant des  
Il s’y engagea à son tour, constata la suite possible,  
étroite mais promeꢀeuse, d’abord écœuré, il me  
félicita ensuite, mais restait sur sa posiꢁon que la  
spéléos de clubs différents et travaillant déjà en-  
semble et en bonne entente dans ceꢀe cavité.  
A ce jour, les exploraꢁons que nous menons, dans suite était là où l’eau s’infiltrait.  
la groꢀe du Serre des Périers, ne sont plus sous  
Nous reparꢂmes pour y revenir la semaine sui-  
l’égide du CLPA mais sous celle de l’ARIS. Et c’est en  
toute légiꢁmité que nous pouvons détailler les  
suites découvertes, par notre collecꢁf, dans ceꢀe  
cavité.  
vante, en nombre, avec nos compères. Quelques  
rs d’aménagement étaient nécessaires pour pou-  
voir y progresser.  
Mais alors que je furetais de nouveau dans ce bout  
de galerie, je retrouvais un nouveau passage, plus  
évident où je faisais la joncꢁon sur l’amont, par la  
voix, avec Pascal engagé dans ceꢀe parꢁe décou-  
verte précédemment.  
Le réseau « Sylvie » :  
Lors d’une sorꢁe précédente, au cours d’un épisode  
Cévenole, Pascal.M, Patrick Canedo et Eric Aubert  
avait repéré un endroit où l’eau s’infiltrait abon-  
damment. Revenue avec Pascal pour une séance  
de désobstrucꢁon, je découvris un passage donnant  
accès à une suite évidente, que les collègues bapꢁ-  
sèrent de mon nom « Le réseau Sylvie ».  
Le gros des troupes (Jean-Pierre Blazy, Christophe  
Sevilla, Laurent Tremel, Claude Villadomat (dit Le  
Doc) arriva et en quelques coups de masseꢀe,  
d’huile de coude, de aille! Et de ouille! Un passage  
fût dégagé. Passage acrobaꢁque, tortueux et tortu-  
rant qui déboucha sur un puit de 2m, borgne, bien  
circulaire où une escalade nous donna accès à une  
galerie basse, encombrée de blocs calcifiés de peꢁts  
cristaux extrêmement acérés et déchirants pour  
nos combinaisons.  
Lors de ceꢀe séance, alors que Pascal préparait un  
r, je m’éloignais du chanꢁer et commençais à fure-  
ter dans les recoins de ceꢀe galerie. J’appelais alors  
Pascal pour le prévenir de ce que je venais de dé-  
couvrir, une lucarne « noire » derrière un rideau de  
stalacꢁtes où les quelques pierres lancées, tom-  
baient dans un vide promeꢀeur.  
Pascal incrédule conꢁnuait sa désobstrucꢁon dans  
des blocs boueux et m’envoyait « paître » sans plus  
d’égard, me répondant que tout avait été vu lors de  
la « première ».  
Devant mon insistance puis mon silence, car après  
quelques concréꢁons « dégagées », je passais dans  
l’étroiture et découvrais une diaclase avec un dé-  
Photo : S.MOUNEYRAT  
Photo : S.MOUNEYRAT  
Photo : S.MOUNEYRAT  
Photo : S.MOUNEYRAT  
Après moultes reptaꢁons, dessus, dessous, en travers, non sans de faux passages explorés puis laissés car  
obstrués, nous arrivèrent dans une peꢁte salle, entre des blocs toujours extrêmement calcifiés et la paroi  
en place, où nous pouvions être debout. Derrière un dernier bloc facilement franchissable, un peꢁt res-  
saut nous aꢀendait au bord d’un beau puit de taille respectable.  
Une corde y fut installée et la descente, sur une paroi maculée de blanc, réalisée.  
Photo : S.MOUNEYRAT  
«
Puit Blanc du réseau Sylvie »  
Photo : S.MOUNEYRAT  
«
En bas du puit Blanc »  
Après une descente de 10m, le long d’une coulée  
calcifiée qui ne resta pas longtemps maculée de  
blanc, nous arrivâmes au bas de ce puit, recoupant  
à mi-profondeur une ligne de faille, le long d’un mi-  
roir de faille, dans une peꢁte salle au sol déchique-  
té par l’érosion de l’eau et où nos séances suivantes  
permirent de progresser encore jusqu’à la côte de  
dant, parꢁellement obstrué par une dalle coincée  
entre les 2 parois.  
Alors que le reste du groupe parꢁcipait à l’explora-  
on et l’équipement de ce nouveau puit, que Le  
Doc escaladait en opposiꢁon, malgré ses rhuma-  
smes, le haut de la diaclase à la recherche d’une  
suite en hauteur, Christophe et moi repassions le  
passage étroit afin de commencer une séance  
d‘élargissement du « passage du Doc » afin d’en  
faciliter l’accès.  
-
60m où une suite très étroite est en cours.  
Photo : S.MOUNEYRAT  
«
La suite est au fond... »  
En ꢁers inférieur de ce puit, alors que Pascal, Jean-  
Pierre, Christophe, Laurent et Rémy étaient concen-  
trés sur ce fond de puit, Le Doc aꢀeint d’impa-  
ences, en lien avec son grand âge, fit une escalade  
pour accéder à une peꢁte alcôve où « soit disant »  
le Pascal, lors de sa descente en première, n’avait  
rien vu d’intéressant!...  
Photo : S.MOUNEYRAT  
Photo : S.MOUNEYRAT  
C’est alors que nous entendîmes Le Doc gueuler :  
Sous ceꢀe dalle instable, fracassée à coup de mas-  
seꢀe, un étroit passage fut dégagé, donnant accès à  
la suite en profondeur de ceꢀe diaclase.  
«
Mais elle est là la suite! Putain de merde! ça  
souffle! ça conꢁnue! Tu parles qu’il a tout vu le Pas-  
cal! Mon cul! … »  
Une descente jusqu’à la côte - 60m est explorée,  
suite très étroite en cours.  
Scepꢁques, nous lui demandâmes d’être sérieux  
mais déjà ce dernier tentait de s’engageait dans son  
passage repéré en gueulant qu’il fallait vite venir…  
Tant pis pour nous, lui, il y allait et  
ferait la première sans nous, nana-  
nère!!!!  
Nous montèrent donc à ceꢀe al-  
côve et découvrirent effecꢁvement  
un passage bas, parꢁellement rem-  
pli de sable argileux où Le Doc y  
avait déjà disparu. De l’autre côté,  
nous débouchèrent sur une suite  
en prolongement de faille, où nous  
Photo : S.MOUNEYRAT  
«
La suite ... »  
y retrouvâmes un passage descen-  
C’est en revenant, dans la peꢁte salle au dessus du joliment concréꢁonnée, un puit borgne circulaire,  
beau puit blanc du réseau Sylvie, que nous entrepri- de 3m de profondeur et après un passage étroit  
rent l’exploraꢁon d’un départ aperçu lors de nos  
remontant, il aperçu, au travers des blocs, une cer-  
premiers passages. Après quelques ꢁrs d’élargisse- taine obscurité et le renvoie d’un écho impression-  
ment, praꢁqués par Pascal, Christophe s’engagea le nant …  
premier. Il y découvrait une deuxième peꢁte salle,  
Excité, il criait :  
«
ça y est! waou! C’est grand! c’est immense! On  
est dans la salle des Marseillais! »  
Il déboucha, après une chaꢁère verꢁcale remon-  
tante, recalibrée depuis, effecꢁvement dans une  
salle d’un volume imposant, impressionnant et ma-  
gnifique. Progressant à travers les gros blocs jon-  
chant le sol de ceꢀe salle, ivre de joie de sa décou-  
verte, il eu la surprise de découvrir alors, un ruban  
de rubalise rouge et blanc?!...  
Oh! Quelle décepꢁon!  
Christophe était revenu dans la salle du Dôme du  
Serre des Périers… Il mit un peu plus d’une bonne  
heure, à se remeꢀre de sa décepꢁon…  
Mais quel fou rire de notre part, car nous savions  
qu’à ceꢀe profondeur, nous ne pouvions pas déjà,  
avoir accès à la dite salle ….  
Nous appelèrent donc, ce passage, le « shunt de  
Christophe » permeꢀant d’accéder rapidement et  
plus confortablement au « réseau Sylvie ».  
Photo : S.MOUNEYRAT  
Photo : S.MOUNEYRAT  
d’équipière et d’infirmière en l’encourageant et le  
rassurant, tout le long de la remontée.  
Le réseau du « Puit du Gadin » :  
Lors des nombreuses sorꢁes de recherche de suites  
réalisées avec certains membres du CLPA, nous  
avions commencé à explorer une zone sous des  
blocs de la « salle du Dôme ».  
Les mésaventures de ceꢀe première ne s’arrêtèrent  
pas à cet incident.  
Pascal aida Eric à refranchir, dans l’autre sens, ceꢀe  
chaꢁère ainsi « remontante » en lui servant de  
point d’appui. Mais Pascal, une fois seul, sans point  
d’appui accessible, ne pu remonter… Il fit donc de  
nouveaux ꢁrs d’aménagement, coincé de l’autre  
côté, se protégeant comme il pu, afin d’élargir ce  
passage pour pouvoir en sorꢁr…  
Après des ꢁrs d’aménagement et de calibrage réali-  
sés par Pascal, nous avions pu accéder à quelques  
peꢁtes salles joliment concréꢁonnées, par des pas-  
sages encore relaꢁvement étroits et équipés par  
nos soins pour en assurer la sécurité.  
Un des passages, étroit, ainsi découvert sous ces  
blocs, permeꢀait aussi de déboucher à mi-descente  
dans le troisième puit, de 15m, de la cavité, don-  
nant accès aux grandes galeries.  
Nous sorꢂmes très tard ce jour-là !  
Lors des séances suivantes, à la base de ce puit, une  
suite fut ouverte donnant accès à une peꢁte galerie  
humide, joliment concréꢁonnée et recoupant un  
aval et un amont, semi-acꢁfs, très étroits. Olivier  
Maret, jeune homme très fluet réussi à s’engager  
dans cet amont. Il y parcouru une dizaine de mètre  
avec un arrêt sur étroiture impénétrable et avec  
une vue sur une diaclase remontante où le courant  
d’air y est très acꢁf.  
Cependant nos efforts se concentrèrent sur les pos-  
sibilités de suites, guidés par la présence, même à  
cet endroit, d’un courant d’air froid tantôt aspirant  
ou soufflant. Plusieurs départs furent explorés mais  
après étude Pascal en déduit qu’ils convergeaient  
tous vers un même point. C’est ainsi que Pascal dé-  
couvrît, après observaꢁon, le puit du « Gadin ».  
Avec le collecꢁf du « Serre des Périers », nous en-  
treprirent de désobstruer juste au dessus de cet  
amont, à la base du puit du Gadin, espérant re-  
joindre ceꢀe diaclase et peut-être la suite. Une pe-  
Une bonne séance de désobstrucꢁon « très ani-  
mée » fut nécessaire. Alors que j’assistais Daniel et  
Jean-Yves Bigot à photographier les vesꢁges trou-  
vés dans la première salle, accompagné d'Éric Au-  
bert, Pascal ouvrit le passage délicat.  
te galerie de 5m de long sur 1m de hauteur fut  
creusée sur plusieurs séances mais ne nous permit  
pas de recouper ceꢀe diaclase remontante et d’ac-  
céder à ceꢀe suite.  
Il prévint Eric qu’à la sorꢁe de la chaꢁère descen-  
dante, passée les pieds devant et sur le ventre, il  
devait bien serrer sur sa gauche afin de ne pas tom-  
ber!…  
Nos efforts actuels se basent sur l’exploraꢁon de  
l’aval de ce réseau du « puit du Gadin », étroit et  
nécessitant encore l’usage intensif de matériel dé-  
tonant… A suivre…  
Il n’eut pas le temps de terminer sa phrase que ce  
dernier arrivait et serrant sur sa gauche mais posi-  
onné sur le dos, il bascula dans le vide. Eric dévala  
le puit, fit une roulade sur lui-même et aꢀerrit 4m  
plus bas…  
Sylvie MOUNEYRAT - Juin 2020  
Ouille! Ouille!  
Heureusement pour lui, il ne se cassa rien mais déjà  
fragilisé par une tête de fémur usée, il souffrit horri-  
blement lors du retour. J’exerçais alors mon rôle  
«
L'infaꢀgable persévérance ne se laisse rebuter  
par aucun obstacle.  
Recueil d'apophtegmes et axiomes (1855) »