Association de Recherche

et d'Inventaire Spéléologique

28/01/2018 - Sortie - Jack-Pot et découverte de Serre des Periers (34) - Daniel Caumont

 

Participants: Eric David, Jean-Pierre Rouges, Jean-Pierre Blazy, Pascal Mouneyrat, Aimé Mallet, Claude Villadomat + un nouveau Loïc Noret
Objectif : Sortie Jack-Pot et découverte de Serre des Périers

Très belle journée ensoleillée comparable à celles que nous avons dans notre région au printemps !. Ces conditions anormales pour la saison eu égard la température et le niveau des nappes du contexte Buèges dont fait parti la cavité "Jackpot" ne nous ont pas permis de réaliser l'expérience programmée. Pas d'air d'aspiration perceptible aux deux cavités contrairement à la semaine précédente avant les fortes précipitations qui ont mis en charge de nombreux trop pleins.

Une prospection à la verticale du site avec le drone (prospection filmée) nous as donné un bon aperçu de la zone de broyage dans laquelle se trouve la cavité (entre deux accidents) contact Hettangien-Kimmeridgien.  Pendant ce temps, Eric David visite la cavité qu'il ne connait pas, ensuite Pascal Mouneyrat fait un tir pour agrandir l'entrée (un pan rocheux gênant) en perspectives de travaux ultérieurs au fond de la cavité. Le Doc quant à lui, rotules à chaud fouille les lapiazs situés sous les grands chênes (tout en roumégant...) en contrehaut de la cavité.

Après un repas pris au soleil sous le regard d'un magnifique faisan égaré et rescapé des tueries locales organisées nous décidons de nous déplacer à la verticale de la "salle des Marseillais" pour une nouvelle prospection drone (cf programme spéléo 2018, p14 : Prospections). Cette prospection ciblée est orientée entre les grottes de Jérémie et la mare des Oliviers et a mi-hauteur en contrebas du sentier horizontal du Grelot c'est-à-dire sur l'escarpement de la faille des Cévennes (faille principale). Nous repérons de ce fait un porche (grotte du câble) que nous ne connaissons pas... a une cinquantaine de mètres d'une boucle du chemin qui grimpe en lacet vers le sentier horizontal du Grelot. Nous nous y rendons, trouvons facilement la cavité (invisible du chemin malgré ses dimensions... !) et la visitons. Vue ses dimensions cette cavité au porche de 10m x 8m environ et au développement (vingtaine de mètres maxi) est connue bien qu'il n'y ait aucune signature spéléo de visible. 2 grosses murettes à son entrée semble indiquer que son usage fut celui d'une ancienne bergerie. Cette cavité est un fragment de paléokarst Mio-Pliocène sans contexte issu du drain aval (ou amont ?) de l'aven du Grelot qui se prolonge vers les grottes Jérémie et Moïse démantelé par l'érosion du versant du massif. Quelques plaquage de grèzes à l'intérieur de la cavité montrent que celle-ci à été colmatée lors des dernières glaciations. Des placages de calcite sur ces même remplissage scellent le bouchon important qui ferme la cavité en son extrémité. Il n'y aucune perspectives de suite à attendre de cette cavité.

Nous nous répartissons ensuite sur le versant afin de prospecter cette zone en gardant le même niveau, voire même en descendant vers la mare des oliviers (mare qui se trouve en contrehaut du parking du Grelot) et sous la grotte sus-nommée. Nous y dénichons à la base d'une barre rocheuse surmontant une zone de gros lapiazs et de très gros chênes, une entrée de cavité (sorte de petit porche de 1m x 0,60m) aux remarquables formes d'érosion en partie comblé. Des débris de calcite jonchent le secteur. Nous agrandissons l'entrée afin de nous introduire dans un petit réduit. Ce dernier nous permet de constater que la cavité se prolonge en profondeur et qu'un bon courant d'air s'en dégage... Si courant d'air il n'y a pas ailleurs, courant d'air il y a là... Il faut dire que la température à baissée et qu'il est plus de 17h... Nous creusons un peu, Pascal donne les premiers coups de massette car Jean Pierre est allé la chercher aux voitures, puis quittons les lieux en se promettant de revenir au plus tôt car cette cavité a de la gueule et n'est pas une simple et classique cavité de lapiaz. De plus, une suite facilement désobstruable est bien visible quelques mètres plus bas à la base d'un petit éboulis. Sa situation est on ne peut plus idéale car en contrehaut du "Serre des Perriers", a une quinzaine de mètres de la faille... et de très gros chênes centenaires qui s'enracinent sous la masse rocheuse lapiazée au sommet de laquelle s'ouvre (bien cachée) cette dernière. Cerise sous le gâteau... nous sommes théoriquement (selon les données du plongeur Patrick Bolagno) a quelques 170 mètres (grosso-modo) au-dessus de la salle des "Marseillais"... ! De quoi rêver.

On viens de trouver la grotte du Serre des Périers...

Pascal Mouneyrat qui prospectai aussi nettement plus loin sur la gauche avait aussi découvert une autre entrée (à ouvrir) que nous n'avons pas eu (hélas) le temps de voir...  (On aura les photos et les données plus tard). Merci à tous les participants à cette sortie et à la prochaine. La sortie enfumage sera effectuée lorsque les conditions météorologique et aérologiques seront réunies. En attendant il nous reste du travail dans le coin.