Association de Recherche

et d'Inventaire Spéléologique

01/01/2022 : L'ARIS vous présente ses meilleurs voeux en espérant encore que cette année sera plus favorable pour faire de bonnes sorties d'explorations comme on en a l'habitude et des randonnées prospection propice à la découverte de nouveaux phénomènes karstiques prometteurs...

09/01/2022 - Sortie - Prospection CLAMOUSE (34) - Pascal Mouneyrat

 

Participants: Sylvie MOUNEYRAT, Pascal MOUNEYRAT
Objectif : Prospection. TPST: 5h

Sortie un peu pluvieuse avec le chien pour découvrir un peu le secteur au dessus de la grotte de Clamouse. Visite de quelques petites cavités.

16/01/2022 - Sortie - Randonnée en face de CLAMOUSE (34) - Pascal Mouneyrat

 

Participants: Sylvie MOUNEYRAT, Pascal MOUNEYRAT
Objectif : Prospection. TPST: 5h

Sortie avec le chien, on remonte les gorges de l'hérault depuis le parking en face de Clamouse, passage sur l'autre rive par le pont balade jusqu'a Saint Guillem le Désert que l'on surplombe.

02/02/2022 - Prospection à BRISSAC (34) - Pascal Mouneyrat

Participants: Didier Lobel, Daniel Caumont, Claude Viladomat, , Pascal Mouneyrat
Objectif : Prospection. TPST: 5h

Prospection autour de de Brissac, recherche de la grotte-aven de Brissac (Toujours pas trouvé), visite de plusieurs cavités et de nouvelles amenés par Didier (Grotte du Plan de Majurade, tres intéressante avec courant d'air à confirmer...)

06/02/2022 - Sortie - Prospection SERGENT (34) - Sylvie Mouneyrat

 

Participants: Sylvie MOUNEYRAT, Pascal MOUNEYRAT
Objectif : Prospection. TPST: 5h

Sortie trés venteuse avec le chien pour découvrir un peu le secteur au dessus de la grotte aven du Sergent. Repérage de quelques petites cavités.

08/02/2022 - La grotte du « Plan de la Majurade » (34) - Daniel Caumont

Participants : Didier Lobel, Claude Viladomat, Daniel Caumont

Travail effectué : localisation précise du courant d’air aspirant repéré lors de la précédente visite. Le courant d’air aspirant est toujours présent ce jour au même endroit. Il fait 7° dans la cavité au point d’aspiration, même température qu’à l’extérieur à quelques mètres de ce dernier. Aspiration normale pour un réseau (ou tube à vent) en régime hivernal.

Une expérience au fumigène nous démontre que le courant d’air aspirant ne remonte pas dans la diaclase la plus haute, mais s’engage bien au-delà de l’effondrement sous une voute.  Une brève visite en surface dans les lapiaz ne donne aucun résultat. Après décision d’attaquer ce point qui est situé à mi-distance entre le point le plus bas et le plus haut de l’effondrement qui caractérise cette cavité et qui en obstrue le prolongement, nous constatons rapidement après quelques tirs que la cavité se développe bien sous une voute horizontale. La partie droite qui vient butter contre cette dernière est constituée d’un agrégat de brèches et de calcite. C’est entre la paroi de gauche et ce remplissage informe que s’effectue la désobstruction. Le visu sur environ 5 mètres montre qu’il y a certes du travail de désobstruction à effectuer pour atteindre ce point extrême où la voute se prolonge, mais que le jeu en vaut la chandelle. Le courant d’air étant là pour l’attester.

Plusieurs tirs effectués (consciencieusement) par le doc (hyper motivé) ont permis hélas de progresser de seulement un mètre en raison de la spécificité de la grèze dans laquelle les trous de mine rencontrent des vides qui font fuser les tirs. Barre à mine et pied de biche absents lors de cette désobstruction seront bien utiles lors de la prochaine séance. Aucun problème pour le stockage des débris des tirs. En quittant les lieux ver 16h30 une nouvelle expérience à l’encens confirme l’état constant ce jour d’aspiration de notre point de désobstruction. Nous avons choisi le bon endroit pour creuser dans cette cavité ou bien des collègues se sont cassés les dents… y compris en creusant à l’aval !

Notes :

La grotte du « Plan de la Majurade » s’ouvre dans un contexte très intéressant car proche (1500 mètres au nord) de la source de l’Avèze (Parc de Brissac) et dans l’alignement de l’abîme de Rabanel et de la grotte du Bois de Long et en position la plus basse comme s’il s’agissait de l’exutoire inférieur d’un paléo système étagé.

Son entrée n’est pas celle d’un porche classique représentant la sortie de cet hypothétique exutoire mais le résultat de l’arasement d’une vaste galerie par l’érosion générée par un grand thalweg qui descend de la Séranne (le même dans lequel se situe l’abîme de Rabanel !)

Lorsque l’on se présente à son entrée, on constate l’existence d’un amont et d’un aval de cette galerie dont la partie nord efflanquée est caractérisée par un important effondrement de blocs de parois. Blocs imposants qui lors de leur chute ont copieusement obstrué (la grèze glaciaire y aidant par la suite lors des dernières glaciations) le départ de la galerie vers l‘amont du massif. Celle que nos travaux cherchent à atteindre.

12 au 20/02/2022 - Camps en Dordogne (24) - Sylvie Mouneyrat

 

Participants: Sylvie MOUNEYRAT, Pascal MOUNEYRAT, Membres du SCP (24)

Retrouvaille avec la grotte de Douimes qui fait presque 1km

Désobstruction sur 2 jours de la trémie qui s’est effondré nous bloquant le passage vers le fond. L'objectif étant la poursuite de l'exploration des siphons de la cavité.

Visite des pertes du réseau des Douimes. Perte de Lachaud et de Chateau Redon

Captage du Roc Blanc, 2 journées de désobstruction pour faire une petite première de 110 m avec un arrêt sur voute mouillante (en attente d’autorisation de la mairie pour poursuivre une prochaine fois)

Quelques retrouvaille de 20 années et de bons repas conviviales (foie gras, truffes, et bon pain, sans compter une raclette pour mon anniversaire.)

 

 

20/02/2022 - Grotte du Plan de la Majurade (34) - Daniel Caumont

 

Parts : Jean-Pierre Blazy, Didier Löbel, Claude Viladomat, Daniel Caumont

Notre joyeuse équipe s’engage dans la cavité vers 10h45… Il y a du travail. Après déblaiement des tirs de la précédente sortie a l’aide du précieux pied de biche de Didier, quelques fragments récalcitrants de calcite sont péniblement extraits. Jean-Pierre s’y emploi avec obstination. Un tir de confort du Doc permet de mieux s’engager dans l’antre de la poussière, antre qui nous contraint Jean-Pierre et moi-même à s’équiper d’un masque. Le doc, lui, qui n’aime pas les courants d’air, fuit vers la sortie… tout en chantant un air de Madona !.

Le travail se complique, mais grâce à l’expérience du Doc le plancher peu épais de calcite mais récalcitrant aux tirs et qui divise le boyau dans lequel on travaille cède en partie ébranlé par ces derniers. On progresse… lentement mais sûrement. Ça fait mal aux côtes…

Vers 17h30, avant de quitter les lieux, le chantier le permettant désormais, Le Doc et Jean-Pierre parviennent à découvrir (enfin !) la suite qui au-delà de ce fameux plancher de calcite cache la suite. La vraie semble t-il. La paroi s’éloigne du remplissage merdique et le noir de l’inconnu est là.

La suite : Un départ vertical pénétrable et une paroi de galerie (« enfin, nous sommes dans une grotte » : dernières paroles du Doc ».

A la prochaine séance, on passe !!!!

Météo des lieux ce jour : Temp moyenne extérieure 13°. Dans cavité : 12°5

Vent par rafales par intermittence à l’extérieur. Courant d’air variable dans la cavité. Majoritairement soufflant.

 

COMMENTAIRES PROVISOIRES

Sans vouloir vendre la peau de l’Ours sans l’avoir tué (peuchère) voici quelques éléments intéressant la grotte du Plan de la Majurade.

Cette cavité est située 960 mètres au nord-nord-est de l’abîme de Rabanel, orientation totalement en concordance avec le faisceau tectonique qui délimite au nord le sommet du Roc Blanc et le corps principal de ce sommet avec le bois de Montmal. Un accident qui structuralement sépare ces deux régions naturelles du massif en deux blocs géo-spéléologiquement (et hydrogéologiquement) indépendants. La carte géologique montre que cette cavité est quasiment positionnée sur un des accidents principaux de ce faisceau qui se prolonge sous la plaine des Caizergues en direction du Thaurac. C’est ce même faisceau qui rejoint la faille des Cévennes et qui délimite aussi ce massif avec la plaine de Montoulieu. Il s’agit donc d’un important accident.

Accident probablement à l’origine (et ce n’est pas un hasard que l’abîme de Rabanel s’y trouve positionné dessus) d’un paléo réseau souterrain issu d’anciennes pertes de la Vis lorsque cette dernière circulait sur le replat des Euzes (alt 450 NGF). Replat caractéristique de ce niveau qui est le même que celui que l’on trouve à la Sauvie (où se trouve la perte Sylvie). Un réseau qui trouvait son débouché sur la plaine des Caizergues (sous les sédiments actuels) et sur le trajet duquel la grotte de la Majurade (tronçon de ce réseau) se trouve idéalement positionnée.

La grotte de la Majurade pourrait donc expliquer certains éléments de l’abîme de Rabanel dont on ne comprend pas très bien les divers rôles anciens

 

DONNEES TECHNIQUES (Provisoires)

Entrée Rabanel : alt : 330 m     Profondeur : - 185  - Fond alt : 145 m (NGF)

Fond Rabanel : 15 m en dénivelé au-dessus de la source de Brissac (L’Avèze qui est située 1200 mètres au-sud-sud-est.

Grotte du Plan de la Majurade : 215 m NGF

Distance Rabanel – Grotte de la Majurade : 950 mètres

La base du grand puits de Rabanel est à 133m : soit 82 m au-dessus de l’entrée de la Majurade

Le réseau « Romain de Rabanel » (cote 310/320 NGF) est 105 mètres en dénivelé au-dessus de la Majurade et au même niveau que la grotte du Bois de Long !

 

05/03/2022 - Grotte du Plan de la Majurade (34) - Pascal Mouneyrat

Parts : Jean-Pierre Blazy, Didier Löbel, Claude Viladomat, Pascal Mouneyrat

Un gros tir renforcé débloque la situation des trois dernières sorties. Après un bon nettoyage des plus bros débris, le Doc progresse sur 2.5 m et il essai de voir la suite… Jean Pierre remplace le Doc et il évacue les gros blocs restants du tir. Il localise aussi la suite en face, car en bas c'est trop petit (10 cm).

Puis c'est au tour de Pascal qui s'acharne pendant 1h30 à élargir et il réussit à ouvrir un passage pénétrable pour Jean Pierre. Il franchi l'étroiture ouverte et progresse sur 3 m donc 6 mètres en tout depuis le gros tir. Malheureusement pas de suite évidente et plus de courant d'air ce jour…

Une remonté lui permet de jonctionner avec la galerie supérieure exploré par un autre club et il y voit bien un départ dans cette partie mais très bas.

Donc mis à part la jonction des deux galeries on ne voit pas comment poursuivre ici car la roche n'est pas bonne pour les tirs avec des pailles classiques. IL faut surveiller l’air dans ce trou par forte chaleur pour peut être nous indiquer la suite…